Et si on retournait jouer?

Qui a dit que nous n’avions plus le droit de nous amuser? Pourquoi le mot « travailler » ne pourrait pas aussi vouloir dire « se réaliser, exercer dans un domaine que l’on aime, 5 jours sur 7 » _ l’un n’empêche pas l’autre? Enfin, que s’est-il passé entre l’époque où nous allions en courant au jardin d’enfant et aujourd’hui où parfois il est pénible de se lever le matin pour aller…travailler?!

J’ai revu récemment l’un de mes films préférés: L’auberge espagnol, de Cedric Klapisch. Je vous résume rapidement l’histoire: Xavier est un jeune homme de 25 ans, qui part à Barcelone pour terminer ses études en économie et apprendre l’espagnol. Cette langue est nécessaire pour occuper un poste, que lui promet un ami de son père, au ministère des finances. Mais pour ce faire, il doit quitter sa petite amie Martine, avec qui il vit depuis quatre ans à Paris.En Espagne, Xavier cherche un logement et trouve finalement un appartement dans le centre de Barcelone qu’il compte partager avec sept autres personnes. Chacun de ses co-locataires est originaire d’un pays différent.

Ce film a été le marqueur de toute une génération d’étudiants partis à l’étranger en Erasmus. Mais au-delà de l’histoire, ce qui m’a marqué, c’est la relation que Xavier entretient avec le petit garçon qu’il a été, et à qui il s’adresse via une photo qu’il trimballe partout avec lui. Le plus important pour Xavier, c’est de s’assurer de réaliser son rêve d’enfant: devenir écrivain.

L’importance accordé au petit « moi » que nous avons été, très peu d’adulte en font cas dans leur choix de carrière ou même leur vie en général.  Et pourtant, n’est-ce pas à nous-même que nous nous devons d’être fidèle? L’auteur et conférencier John P. Strelecky aborde cette question dans son livre Le retour au Why Café.  Il parle de revisiter son terrain de jeu, son jardin d’enfant, le jardin de tous les possibles…

Les enfants savent spontanément ce qu’ils aiment et n’aiment pas faire. Ils aiment faire du toboggan mais n’aiment pas faire du tourniquet. Ou bien ils aiment les balançoires mais n’aiment pas jouer à la balle au prisonnier. Ils savent, c’est tout. Et dans leur mini monde, il n’y a aucune raison de faire ce que l’on n’aime pas faire.

Enfant, nous savions quel jeu nous aimions, quelle partie du jardin d’enfant nous procurait du plaisir et nous faisions tout notre possible pour y passer le maximum de notre temps.

snappa-1457901407

Puis on a grandit et seule une poignée d’entre nous a su garder son terrain d’enfant ouvert et accessible en tout temps en ne s’éloignant jamais bien longtemps de ses jeux favoris.

Ces enfants ont grandit, sont allés à l’école, on fait des études et ont délaissé, peu à peu leur terrain de jeu. Les conversations ont pri des tournures d’adulte, avec des mots comme « responsabilités », « carrière », « métier convenable », « emploi stable »,  suivis des nombreux « je dois, il faut, je ne devrais pas… ». Ils ont délaissé leur terrain de jeu jusqu’à oublier totalement qu’ils aient pu exister un jour. Les mauvaises herbes se sont installées, années après années, les jeux ont rouillé, les murs se sont dressés et ont encerclé le jardin jusqu’à l’étouffer à coups de « je suis trop vieux pour ça, j’ai passé l’âge,  je n’ai pas le temps… ».

snappa-1457896949On a tous délaissé notre terrain de jeu favori, certains plus que d’autre. Ériger ces murs, c’est refuser de voir qui l’on est au fond de nous, refuser de regarder l’enfant caché dans un coin de notre tête. Il est facile de continuer ainsi et ne surtout pas se retourner.

L’argent péniblement gagné nous offre une vie socialement « viable »et permet de couvrir momentanément nos maux par de beaux vêtements, une nouvelle voiture, de nombreux biens matériels. Et c’est parfait ainsi.

Mais, est-ce qu’on ne s’est pas trompé?

Alors permettez moi d’insister. Vous souvenez-vous de cette question que l’on nous posait souvent, enfant:

 

Qu’est-ce que tu veux faire quand tu seras grand?

Quelle était votre réponse?

Cow-boy de l’espace?

Vendeuse de chouchou?

Magicienne?

 

Si vous cherchez votre réponse, c’est qu’il est grand temps de retourner dans votre jardin d’enfant! Vous êtes peut-être passé à côté de VOUS.

Vous n’aurez peut-être pas envie de rejouer à tous les jeux qui vous ont plu autrefois, ou peut-être aurez-vous envie d’y jouer différemment _ mais qu’importe, vous êtes à l’endroit où tout devient à nouveau possible pour redémarrer cette vie où vous l’aviez laissé.

J’ai fait l’exercice il n’y a pas si longtemps, en tombant par hasard sur une ancienne série de photomaton de moi, petite. Et je me suis demandée, à la manière de Xavier dans le film: ai-je réalisé mes rêves d’enfant? Ai-je au moins essayé?

J’aimais les contes de fées et ne me séparais jamais de mon petit carnet (ce que j’y écrivais reste pour moi un grand mystère!). J’ai réalisé que, à la fin de mes études, j’avais choisi comme sujet pour mon mémoire « L’utilisation des contes de fées dans la pub »_ drôle de « hasard »… Aujourd’hui encore, je ne rate pas une occasion de faire un vœu et de chercher la magie dans mon quotidien _ plus tout à fait une coïncidence! Et j’ose aller plus loin en vous disant que je travaille actuellement sur l’écriture d’un livre…sur l’univers des contes pour enfant.

IMG_5478

 

Cette petite blonde est derrière chacun de mes pas et assurément, je ne veux pas la décevoir! Le cliché jauni a d’ailleurs trouvé sa place dans mon porte-feuille et m’assure de ne pas m’éloigner trop longtemps de notre terrain de jeu.

 

 

La curiosité, gage d’une vie réussie?

On nous a souvent répété que la curiosité était un vilain défaut, je n’en suis pas certaine! C’est au contraire un indispensable pour une vie épanouie.

Vous connaissez sans doute des gens qui se contentent de leur routine sans prendre le temps de se remettre en question et de découvrir ce qui pourrait les aider à changer. Ces gens qui vivent en suivant une routine étroite et qui ne souhaitent pas connaitre autre chose que ce qu’ils savent déjà. Ces gens qui existent, un point c’est tout. Ce sont des adultes qui ont oublié leurs rêves d’enfant. Qui sont satisfaits de leur vie et choix de carrière probablement.

Et il y a ceux qui au contraire, considèrent chaque journée comme une possibilité, qui n’hésitent pas à tordre leur routine pour essayer autre chose, quitte à revenir à leur routine par après, si l’expérience n’a pas été concluante. Pas grave, ils ont essayé! Ceux-ci sont ouvert sur le monde, sur les autres, sur ce que l’environnement peut leur offrir. Et ce sont ces mêmes personnes qui, quand un projet leur tient à cœur sauront trouver les personnes et les moyens pour les aider à les réaliser. Et des projets, ils en ont par millier!

La curiosité, un vilain défaut?! Non, c’est au contraire, la clé de tous les possibles. Les méthodes pullulent pour nous aider à accomplir notre « MOI », dealer avec notre « EGO » sans oublier de faire exister notre « JE »… La plus simple des solutions selon moi? Soyez curieux, tout simplement! Retrouvez votre terrain d’enfant, essayez de nouvelles choses, recherchez ce qui vous amusais, avant.

 

Quelques conseils pour retourner jouer

Toutes ces envies profondes, qui vous ont un jour tenues à cœur ne sont pas bien loin, voici quelques façons de les déterrer:

1/ Changez votre routine!

Changez de rue sur votre trajet le matin, déplacez 2 objets dans votre intérieur, ou tout simplement, lavez-vous les dents en commençant du côté inverse à ce que vous avez l’habitude de faire. Ça parait simpliste mais ça a bien plus d’impact que vous ne croyez! D’une, votre nouvelle gestuelle va envoyer de nouveaux signaux à votre cerveau  qui en retour, devra fonctionner… autrement.  C’est une astuce de créatif, certain font naitre de nouvelles idées ainsi en contrariant leurs habitudes, par surprise. C’est également une bonne pratique pour s’ancrer dans le présent. Impossible de penser à autre chose ou d’être ailleurs, cela va vous demander beaucoup d’effort _ donnez-vous la chance de revivre cette 1iere fois,  lorsque enfant, on a vous a donné votre première brosse à dent. Souvenez-vous comme c’était excitant!

 

2/ Si on vous donnait 300$, là maintenant, où iriez-vous le dépenser? Dans quel magasin? Qu’achèteriez-vous?

Faites fi de toutes obligations genre facture ou empreint pour répondre à cette question. Répondez spontanément, sans filtre, sans analyser votre réponse. Il y a des chances que parmi vos réponses, certains éléments indiquent déjà une activité qui vous plaisait enfant.

 

3/ Quels sont vos 3 films préférés? Pourquoi les aimez-vous? Comment vous ont-ils vous fait sentir???

Là encore, ces films vous ont marqué parce qu’ils faisaient écho à une partie de vous, de manière inconsciente probablement.

 

4/ Si j’avais….. j’aimerais….

Prenez un papier et un crayon, et accordez-vous 10 minutes, puis complétez cette phrase.

Si j’avais (blablabla)…. j’aimerais…….(blablabla)

Écrivez toutes les réponses qui vous viennent à l’esprit, sans réfléchir, toutes les réponses sont permises.Vous constaterez que plus vous écrivez et plus vos réponses vous surprendrons. Cette méthode est souvent utilisée en marketing pour comprendre ce qu’est le véritable besoin de la consommatrice: les 5 POURQUOI. Les réponses qui font surface sont souvent épatantes! L’inconscient finit toujours par se révéler quand on lui en donne l’occasion.

 

5/ Assumez!

Certains OSE quitter leur poste de Conseiller financier pour devenir tatoueur. Un autre lâche son job de Directeur marketing pour devenir naturopathe. Des exemples, il y en a plein.

Reprenez votre « Bucket list » (la liste de vos envies), et OSEZ.

Osez agir et osez le dire. Vous aurez besoin d’aide pour mener à bien certains projets, alors dites-le. Les gens sont toujours content de donner de l’aide dans un domaine qu’ils maitrisent, vous leur offrez une occasion de se réaliser. Vous découvrirez peut-être, au hasard d’une conversation que votre collègue d’à côté se passionne également pour les mêmes choses. Peut-être même que vous donnerez envie à d’autres de se lancer et vous suivre parce que vous les aurez INSPIRÉ.

IMG_5463[1]

 

Tous ces exercices, mis bout à bout, ferons ressortir des mots, des thèmes récurrents. Ce sont des pistes à explorer. Il y a de fortes chances qu’elles vous mènent jusqu’à un jardin d’enfant qui ne vous est pas totalement inconnu …

 

Et vous, vous voulez faire quoi quand vous serez grand?

 

Envie de t'exprimer?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s