Les choses n’ont que l’importance qu’on leur donne – 4ième partie

La Rentrée est pour certaine personne l’occasion de RE-commencer quelque chose, cela peut être l’école, le travail, une formation, l’entrainement… cela peut également être de nouvelles envies et « résolutions ». Je suis de « celles-ci ». Je considère les mois de Septembre à Décembre comme étant la dernière étape de l’année. C’est le moment où j’attaque la dernière ligne droite, le sprint final et où j’ai le pouvoir de donner une toute autre couleur à mon année. Vous saviez que l’on retient toujours la dernière chose que l’on a entendu?! Alors si ces 4  mois sont exceptionnels, j’en conclurai que 2016 à été une année exceptionnelle! Les vacances m’auront permis de faire peau neuve, me ressourcer, me poser sur mes envies et réviser mes projets _ pourquoi pas en imaginer d’autre! Je reconnais avoir une déformation professionnelle, en effet, dans tous mes jobs, que ce soit en marketing ou en Relation-presse, j’ai toujours travaillé avec 6 mois d’avance.  Alors quoi de plus normal pour moi que de travailler sur mes dossiers de Janvier en Septembre et améliorer les process maintenant pour en profiter dès le débute de la prochaine année.Il y a pas mal d’avantage à fonctionner ainsi dans sa vie perso:

  • d’abord se donner un nouvel élan: il n’est jamais super excitant de retourner à son quotidien après les vacances… alors autant y mettre quelques défis!
  • se dire que ces 4 prochains mois sont une période suffisante pour mettre sur pieds un projet, débuter une nouvelle routine et développer une nouvelle habitude pour changer quelque chose AVANT de débuter la prochaine année. On peut considérer ces 4 mois comme une phase de test et avoir le loisir de commencer sa prochaine année avec une liste de résolutions un peu moins conséquentes!
  • enfin, se raccorder avec la nature, parce qu’à la rentrée, tout change! Nouvelle saison, nouvelle luminosité, nouvelle température, nouveau rythme…Notre vie est calquée sur ce dernier, remarquez comme les horaires de bus changent (ou reviennent à la « normal » pour certains), les écoliers ont de nouveaux cahiers, de nouveaux cartables, et de nouveaux maîtres. Suivons le flow, pour changer nous aussi.

 

Ma lecture inspirante de l’été m’a permis de trouver une myriade de bons conseils, de belles raisons d’adopter quelques changements non seulement dans ma maison, mon allure, et ma routine beauté! J’y ai également trouvé de bonnes raisons de changer… mon MENTAL!

Alors sans plus attendre, je vous livre la 4ieme partie de cette saga d’articles tirés du livre L’Art de la simplicité de Dominique Loreaux,  illustrée des citations mythiques de mon conte préféré… Alice au pas des Merveilles!

 

  1. Nous sommes ce que nous pensons

Couleur du teint, cicatrices, rides d’expressions…joies, souffrance et stress sont présents sur notre visage. On peut tout y lire. Nos vies sont ce que nos pensées en font.

De même que l’absence d’objets facilite la vie, la soustraction des pensées fait place à du nouveau. Si vous vous entrainez avec régularité à supprimer ou chasser certaines idées de votre esprit, les actes qu’elles entraînent seront aussi supprimés. Les choses n’ont que l’importance qu’on leur donne.

La vie recommence chaque jour. Vous êtes la personne qui vit aujourd’hui. Cessez de penser que la personne que vous étiez hier est celle que vous devez être aujourd’hui.

 

cb8ec9272df43c4ebbe2fd628730f738

« Je ne peux retourner à hier, parce qu’alors j’étais une personne différente »

Alice au pays des Merveilles, Lewis Caroll

 

  1. Asseyez-vous à côté de vous

Imaginez que vous ayez le pouvoir magique de sortir de votre corps et d’aller vous asseoir à côté de la personne que vous êtes. Regardez-vous. Comment est cette personne? À quoi ressemble-t-elle? L’aimez-vous? Pouvez-vous l’aider, la conseiller?

Entrainez-vous au détachement. Ne vous accrochez pas aux idées. Quand tout, mentalement et psychologiquement a été évacué, quand comme dans le vide il ne reste plus aucun attachement, quand toutes les actions ne sont plus dictées que par le lieu et le moment, vous êtes libre.

Débarrassez-vous de temps en temps, de votre image et revenez à la sensation d’être une personne nouvelle. Prenez du temps tout simplement pour « être », afin de laisser votre esprit se recharger en silence.

 

 

  1. Apprenez à refuser

« Une personne libre est une personne qui peut refuser une invitation à dîner sans donner la moindre excuse », Jules Renard

Dans notre culture, il est plus acceptable d’être gentil et hypocrite que direct et honnête. Si dire non est un problème, votre objectif devrait être de savoir dire non à quelqu’un pour pouvoir dire oui à vous-même. Ne changez pas vos projets pour accommoder les autres. Ne soyez pas la personne qu’on s’attend à ce que vous soyez, mais la personne que vous voulez être.

Si vous êtes en accord avec vous-même, vous serez de meilleure compagnie pour les autres et totalement disponible pour être présent lorsqu’ils ont besoin de vous.

 

912d9ad45b78567350e63418c6280285

« Vous pensez que c’est une fleur sauvage? »
Alice au pays des Merveilles, Lewis Caroll

 

 

  1. Moi et les autres

C’est en prenant soin de vous-même que vous aimerez mieux les autres. Apprenez à avoir de la valeur à vos propres yeux, vous traiterez ainsi les autres avec respect. Si vous n’arrivez pas à vous plaire en votre propre compagnie, il est probable que les autres ne l’apprécieront pas non plus. Découvrez ce qui est pour vous une source de plaisir et de joie et agissez dans ce sens ; vous en ferez profiter les autres!

N’essayez pas de changer les autres. Cela sape votre énergie, vous laisse sans force et frustrée. Arrêter d’expliquer. Contentez-vous de laisser les autres se demander quel est le secret de votre calme et de votre bonheur. La seule façon d’influer sur eux est d’agir de manière telle qu’ils auront envie d’adopter votre mode de vie, vos attitudes et vos idées. Ne faites pas étalage de maximes, mais montrez les effets de celles que vous avez appliquées. Ne dites pas aux autres comment il faut manger, mais manger vous-mêmes comme il faut.

« Le ciel nous a donné deux oreilles pour écouter et une bouche pour parler. Nous devrions donc écouter deux fois plus que parler », proverbe chinois.

0385f2c8dae86b30ca5a8e5c49551397

« Je ne suis pas fou, ma réalité est juste différente de la vôtre. »
Alice au pays des Merveilles, Lewis Caroll

 

  1. Cultivez l’art d’être seule

Être seul se dit en anglais alone, ce qui signifie à l’origine all one, soit « tout un ». Cela peut être douloureux pour une personne qui n’en a pas l’habitude, mais avec le temps, cela devient une précieuse commodité. Ce n’est pas la solitude matérielle qui est à craindre, mais la solitude spirituelle. Si l’on se sent perdu, seul, comment pouvons-nous avoir un contact avec les autres quand ils sont présents? C’est par la solitude que nous pouvons regagner de l’énergie. La solitude des vrais solitaires n’est qu’apparente. Leur esprit est un monde peuplé d’êtres et d’idées, une caverne secrète où se déroulent mille conversations.

Le bonheur de vivre dépend de la façon dont nous filtrons la réalité et dont nous l’interprétons. Nous pouvons nous créer un monde merveilleux et si nous ne le faisons pas, c’est parce que nous n’explorons pas assez nos capacités d’imagination.

 

 

  1. Une heure par jour pour un engagement

Nous devons chaque jour faire un peu plus pour nous rapprocher de nos rêves, même si ce n’est que 5 minutes : donner un coup de téléphone, écrire une lettre, lire quelques pages d’un auteur…

Promettez-vous de remplir un engagement pour le plaisir, un autre pour le devoir. Les engagements à long terme sont difficiles à respecter (un régime, ne pas se plaindre, faire de l’exercice…), les engagements « pour une journée » sont plus faciles à tenir.

cfhymsdwqaeoupn

 

  1. Lisez autant que vous le pouvez

Tout ce que nous lisons s’intègre à notre conscient. Ce que nous retenons de nos lectures constitue notre portrait. Nous sommes tous un collage unique : un collage de nos parents, de nos amis, de nos études, de nos expériences, de nos voyages, de nos lectures. Nous sommes influencés par d’innombrables messages que nous ne pouvons, de par leur multitude, mémoriser, mais qui nous ont, un à un , plus ou moins changés.

 

  1. Le potentiel du mot « assez »

Avec une définition personnelle de ce que « assez » représente pour vous, vous serez heureux. Assez pour vivre, assez pour manger, assez pour être contente… Vous n’aurez jamais assez si vous voulez satisfaire tous vos besoins.

Il est important, dans la première partie de sa vie, de goûter à tous les plaisirs, de posséder ce qui nous fait envie, d’expérimenter. On peut alors comprendre que renoncer est un plaisir et que le calme dépend d’autre chose que de tous les petits plaisirs du quotidien.

 

2 idées bonus:

  • Pour chaque pensée négative, récitez aussitôt ce mantra « J’efface, et j’annule »
  • Expérimentez la « promesse d’une heure » : faire ce que vous redoutez ou détestez le plus, une heure d’exercices physiques, de repassage, de correspondance administrative…

 

 

 

 

 

 

Envie de t'exprimer?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s