Magie de petits riens

À la rubrique Belles rencontres du dernier magazine Flow, il y a un article sur l’auteur Anne-Solange Tardy qui raconte comment elle est devenue attentive aux infimes détails qui peuvent totalement changer une journée, plus encore lorsque nous sommes triste et préoccupée par quelque chose.

Un jour alors qu’elle se rendait dans la papeterie du coin pour les besoins d’un projet et que même cet endroit pourtant si ressourçant habituellement n’avait aucun impact sur son humeur ; elle tomba sur une phrase gribouillé sur le calepin proche des crayons et stylos de la papeterie. Il y était écrit La vie est belle. En une fraction de seconde, le sourire revenait, et le plaisir du quotidien aussi. Échanger des sourires avec ses voisins à la caisse, papoter de tout et de rien, reconnaitre les notes d’un air aimé depuis une fenêtre et être de nouveau disponible, présente, là. Mais l’histoire de s’arrête pas là : une heure ou deux plus tard, elle se souvient que l’auteur de cette phrase oubliée sur ce calepin, est elle. Son « moi » du passé avait donné un coup de pouce à son « moi » de cette journée sombre. Quel tour de magie ! D’où l’idée que, chaque fois que quelque chose de beau nous interpelle _ une jolie phrase, une situation qui nous fait sourire, un moment capturé dans la rue _ n’oublions pas de le noter, le consigner, le photographier et le disséminer partout dans notre quotidien pour le laisser venir à nous presque comme par magie, dans les moments où notre cœur a besoin qu’on le prenne par la main.

Lorsque rien ne va. Que l’on s’est levé du pied gauche, que l’on se cogne dans tout ce qui croise notre chemin. Il faut s’aider. Tout de suite. Toute seule. Là, maintenant avant que la matinée puis  la journée et parfois même la semaine n’en soit complètement teintées.

Ce n’est pas quand tout va de travers qu’il faut chercher quoi faire pour sortir de son humeur. Il faut pouvoir piocher dans sa boite à outils perso pour vite inverser la tendance. Votre cerveau n’est pas là, totalement emprisonné dans l’émotion, inutile de s’agacer plus encore à imaginer ce qui nous ferait du bien pour changer d’état.

Le secret c’est de cumuler un tas de petits riens lorsque tout va bien, pour tomber dessus, quand tout va mal. Comment ? Voici quelques exemples :

  • Se laisser des petits mots au fond des poches. Un mantra, une idée, un compliment reçu, un souvenir, une blague. On en trouve de plus en plus souvent maintenant, dans les biscuits chinois ou encore au bout des sachets de thés. Dispersez-les, dans vos poches, sacs, livres. Je les cache parfois aussi chez mes amis.
  • Se créer une banque de petits bonheurs : sur mon téléphone, j’ai créé un album nommés « petits bonheurs ». J’y range les photos qui me font sourire, celles de mes neveux et nièces qu’il me suffit de regarder pour sourire, les vidéos, et je prends le temps d’énumérer dans ma tête tous les bonheurs contenus dans Photo bonheurces photos dont je connais parfaitement la légende. Par exemple, une photo de la petite main de ma nièce accrochée aux doigts de mon grand-père. Je vois…
    • le bonheur de cette première rencontre entre un bébé de quelques mois et un vieux monsieur riche d’expériences
    • la magie de ce moment partagé l’un avec l’autre,
    • le bonheur aussi de profiter d’un moment autour d’un bon repas, dans cette maison où la famille se retrouve depuis toujours.

« Il y a des souvenirs qui ne demandent pas la mémoire, on les porte en soi comme un parfum qui vous colle à la peau, tant les notes de cœur et de fond ont enivré l’âme, d’une empreinte olfactive à jamais… «  Éclats de Vers – Sur la feuille de mes pensées

  • Rédiger sa liste de « Baumes à l’âme ». Ce sont toutes ces petites choses qui nous font du bien quand tout va mal. Dans la mienne, il y a la série Friends, n’importe quel épisode pris au hasard fait l’affaire. Prendre un verre deWrite vin. Me poser dans un café, seule. Lire le Why café. Colorier. Méditer. Ranger et donc jeter. Tricoter. Mettre Starmania à fond et chanter. Marcher. Écrire… N’hésitez pas à partager votre liste perso aux gens qui vous entourent, ils pourront y trouver des clés pour vous aider. Rien de pire que d’avoir quelqu’un qui vous propose l’opposé de ce dont vous avez besoin là tout de suite maintenant (ne me parlez pas d’aller faire du sport quand j’ai le moral à zéro !)

Envie de t'exprimer?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s