Bullet Journal, la vie entre les pages

La fin de semaine dernière, je suis allée en chalet avec des amis. Mon moment préféré, c’est le lendemain, l’après-midi où chacun vaque à ses occupations : certains font la sieste pour récupérer de la nuit passée, les sportifs vont courir, les parents vont faire un tour dans les bois, les profils solitaires lisent dans les chaises Adirondack face au lac…

C’est à ce moment précis que Pauline, Debo et Lucie ont sorti leur trousses, crayons et mini règles fantaisies pour faire leur… bullet journal. Petite œuvre d’art, elles sont passionnées par ce précieux qu’elles trainent à leur côté depuis presque une année. À chacune son style, elles y dessinent, notent, gribouillent des instants de vie, des rendez-vous et la liste de leurs envies. Alors je les ai regardée, inspirée par leur créativité.

Le bullet journal, je connais. Comment passer à coté de cette folie médiatique ! Mais voilà, les images et tutos visionnés derrière mon écran d’ordinateur m’avait laissé loin de ces carnets de croquis _ ça n’était pas pour moi qui ne sait pas dessiner et qui enregistre ses rendez-vous dans son téléphone. Et puis il y a eu ce moment au chalet, et après avoir eu la chance de feuilleter ces jolis carnets si particuliers, je me suis laissée tenter.

Petit cours de rattrapage pour les retardataires.

17076336_419993108392600_383124418676654080_n

À la fois agenda, carnet créatif et journal intime, le bullet journal est un objet simple et évolutif. Il peut être minimaliste ou ultra-créatif, embrasser planning professionnel et vie privée. Pas étonnant que le concept fasse autant d’adeptes.

 

Bullet journal, l’origine

Créateur de produits numériques, l’américain Ryder Carroll a révolutionné la vie des amateurs d’agendas papier, listes et autres carnets. Son système d’organisation, baptisé « bullet journal » (littéralement « journal à puces »), repose sur trois principes simples :

  • Un index en début de carnet
  • La numérotation des pages
  • Un jeu de symboles, codes avec des puces pour identifier les tâches et leur niveau d’avancement

L’utilisation est intuitive : on remplit les pages au fur et à mesure et lorsqu’on crée une rubrique, on indique son nom et le numéro de sa page sur l’index. Codes de couleur, symboles… il est possible d’imaginer tous types de signes pour identifier les pages, différencier les tâches et personnaliser le contenu du carnet selon ses besoins. Paradoxalement, ce système qui parait si naturel à l’usage est le fruit de nombreux tâtonnements de la part de son créateur. « J’ai mis plus de vingt ans à confectionner on bullet journal, explique Ryder Carroll. Souffrant d’un trouble du déficit de l’attention, je cherchais un moyen efficace de m’organiser. Quand la photo argentique était encore courante, je réalisais des carnets d’inspiration très chargés, inspirés de ceux96626ca2d96038cb16d519b4bb355b7e du photographe Peter Beard. À l’école, en revanche, j’essayais de trouver des moyens plus efficaces de retenir l’information. Au fil du temps, les deux ont fini par se rejoindre, je me suis alors concentré sur une forme de minimalisme créatif. J’avais envie d’un système qui serve aussi bien de carnet à croquis que d’agendas. Les listes sont ce que j’ai trouvé de plus simple pour noter des données. »

 

Faire le ménage dans sa tête

Ryder Carroll y voit  aussi une excellente façon de se déconnecter. « Aujourd’hui, nous sommes connectés au monde en permanence, explique-t-il. C’est formidable, mais le prix à payer est ue cela nous déconnecte de nous -mêmes. Nous sommes sans cesse distraits par des millions d’idées. Le bullet journal permet de laisser de côté les ordinateurs et autres smartphones un moment pour nous focaliser sur nos pensées. C’est une manière de faire le ménage dans sa tête. Le temps que je passe à rédiger mon bullet journal est devenu inestimable pour moi. »

Une fois son projet abouti, Ryder Carroll n’a pas hésité à publier le système sur son site, sans se douter de l’engouement qu’il allait susciter. « J’ai eu envie de partager quelque chose qui m’avait aidé, mais je n’aurais jamais imaginé que cela finirait par sauver des vies », plaisS1ante-t-il. En effet, en quelques années, le bullet journal a fait le tour de la Toile, rassemblant une communauté créative et très active. « Les gens partagent leurs expériences pour aider les autres, même quand c’est très personnel », raconte Ryder Carroll. Chacun s’inspire des pages des autres pour créer ses pages, c’est plus qu’un moyen d’organiser sa vie.

 

Une vision globale

« Mon bullet journal, c’est ma tête, affirme Caroline, bloggeuse. J’y mets toute ma vie, mon calendrier, mes rendez-vous, ce que je dois faire, mais aussi des choses personnelles, des projets, mes comptes, des notes pour le travail… Avant, je comptais beaucoup sur ma mémoire. Bien sûr j’oubliais pas mal de choses. Je rédigeais des tonnes de Post-it, mais je les égarais souvent. Maintenant, je centralise tout. »

17d37b9aea547b04210c08bef301e920

 

Minimaliste ou créatif

Outre son aspect pratique, le bullet journal est aussi un espace de totale liberté. « Le bullet journal s’adapte à tous nos besoins, explique Ryder Carroll. Ce qui en fait un outil personnalisable. Il permet de se concentrer sur ce qui est important pour nous. » ce carnet peut prendre une forme très simple ou devenir une œuvre d’art en

F1

perpétuelle évolution. Les pages calligraphiées d’une main expertes imaginées par Federica sont bordées de motifs végétaux. « Ce que j’aime le plus dans le bullet journal raconte la jeune femme, c’est cette possibilité d’être créatif au jour le jour. On y met sa personnalité. »

Provocateur de créativité, le bullet journal favorise aussi le lâcher-prise, estime Elodie, du blog Soho Hana. « Au début, la moindre rature me traumatisait, mais j’ai appris à mettre mes erreurs en valeur, je camoufle parfois mes ratures avec des dessins ou en collant une étiquette blanche et en réécrivant par-dessus. »

 

Les pages d’un bullet journal :

  • Une jolie page de garde pour annoncer le début de chaque mois
  • Un index de puces
  • Un calendrier de l’année, du mois, de la semaine
  • Un tracker d’humeur, d’habitudes ou de routine
  • Des listes : livres à lire, films à aller voir, anniversaires, projets…

 

Inspiration par ici :

  • Bulletjournal.com : le site de Ryder Carroll avec des conseils dans différentes langues
  • Journalingaddict.fr : un blog français plein d’idées pour se lancer
  • Sohohana.com

 

Et sur Instagram :

  • @feebujo
  • @bulletjournal
  • @boho.berry
  • @amandarachdoodles

 

 

Article inspiré du Flow N16

Envie de t'exprimer?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s