Le pouvoir d’un nom

Connaissez-vous Jim Farley? C’était l’agent électorale de Franklin D. Roosevelt. Il avait la réputation de connaitre le prénom de plus cinquante mille personnes. Cette méthode prodigieuse contribua fortement à installer Franklin D. Roosevelt dans le fauteuil présidentiel.

Une méthode simple.

Chaque fois qu’il rencontrait une nouvelle personne, il recherchait ses noms et prénom, avec leur orthographe exacte ; il se renseignait sur sa famille, sa profession. Il gravait soigneusement tous ces détails dans son esprit, et, quand il revoyait la personne _ même une année plus tard _ il était capable de la saluer et de lui demander des nouvelles de sa famille! Pas étonnant qu’il est été si populaire.

Jim Farley savait que chacun préfère son nom à tous les autres noms de la terre. Souvenez-vous de ce nom, prononcez-le correctement, et vous faites à son propriétaire un compliment subtil et apprécié. Mais si vous l’oubliez, si vous l’orthographiez mal, vous indisposez votre interlocuteur ou votre destinataire.

 

LE SUCCÈS D’ANDREW CARNEGIE

On l’appelait le roi de l’acier, mais il ne connaissait guère la métallurgie, et ses nombreux techniciens possédaient cette science beaucoup mieux que lui. Seulement lui, savait mener les hommes, et c’est ce qui fit sa fortune. Jeune encore, il montra son talent d’organisateur, de psychologue et de leader. Il n’avait que dix ans lorsqu’il découvrit l’importance incroyable que les gens attachent à leur nom. Dans son pays natal, en Écosse, il attrapa un lapin, une femelle qui bientôt lui donna toute une portée de lapereaux. Hélas ! il n’avait rien pour les nourrir tous. Il lui vient une idée originale. Il proposa à ses camarades le marché suivant : s’ils voulaient bien cueillir le trèfle et les pissenlits nécessaires à ses lapins, il donnerait à chaque bête le nom du camarade en question. Le résultat fut magique! Et Carnegie ne l’oublia pas !

Plus tard, il usa de la même constatation dans ses affaires, Il voulut obtenir comme client la Compagnie des Chemins de fer de Pennsylvanie, dont le président se nommait Edgar Thompson. Il fit construire une vaste usine de métallurgie à laquelle il donna l’enseigne suivante : Atelier métallurgiques Edgar Thomson.

 

 

UN DÉTAIL À LA PORTÉE DE TOUS

Et ce petit détail qui donne tant d’importance est à la portée de tous. Comme cette hôtesse de l’air à la T.W.A qui a pris l’habitude de s’adresser aux passagers en les appelant par leur nom. Cela lui avait demandé un effort de mémorisation mais on la complimenta et elle fit la renommée de sa compagnie.

En général, si nous oublions les noms, c’est tout simplement parce que nous ne prenons ni le temps ni la peine de les noter, les répéter et les fixer durablement dans notre esprit. Pour justifier notre négligence, nous disons que cela prend trop de temps et que nous sommes trop occupés.

Il n’existait probablement pas d’homme plus occupé que Franklin D. Roosevelt. Pourtant, il trouvait le moyen de se rappeler jusqu’aux noms des mécaniciens qu’il rencontrait. Il savait que l’un des moyens les plus simples de reconnaitre l’importance des gens était de retenir leur nom. Or, que font la plupart d’entre nous ?

Présentés à un étranger, nous bavardons quelques instants avec lui, puis, le moment venu de le quitter, nous sommes incapables de le saluer par son nom.

 

LA TECHNIQUE DE NAPOLÉON

Napoléon III prétendait que, malgré toutes ses obligations, il pouvait se souvenir du nom de chaque personne qu’il rencontrait. Sa méthode était simple. Quand il n’entendait pas le nom distinctement, il faisait répéter. Lorsqu’il lui semblait difficile, il demandait l’orthographe. Pendant la conversation, il avait soin de prononcer son nom deux ou trois fois, tout en s’appliquant à l’associer mentalement à sa physionomie, à le raccrocher à un élément marquant, un détail unique, une anecdote. S’il s’agissait d’un personnage important, l’empereur, une fois seul, écrivait son nom sur une feuiller de papier, le regardait, y concentrait son attention et ne jetait la feuille qu’après avoir gravé son nom dans son esprit. Ainsi, il frappait sa mémoire visuelle en même temps que sa mémoire auditive.

 

Tout cela prend du temps, bien plus qu’ajouter des amis sur Facebook ! Mais n’est-ce pas ce qui fait toute la différence, plus encore dans notre société actuelle.

Nous devrions nous rendre compte de l’incroyable pouvoir d’un nom. En fait, le nom est l‘identité de la personne. C’est ce qui la distingue des autres, lui donne son caractère unique. Le moment que nous partageons avec une personne revête une importance particulière lorsque nous saluons par son nom celui à qui nous nous adressons.

 

Dale Carnegie, Comment se faire des amis.

Envie de t'exprimer?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s