Cultiver l’authenticité

Les gens tentent souvent de vivre leur vie à rebours : ils essaient de posséder plus de choses, ou plus d’argent, afin de réaliser davantage ce qu’ils désirent pour être encore plus heureux. Mais c’est en fait l’inverse qui fonctionne. Vous devez d’abord être qui vous êtes vraiment, puis faire ce que vous avez vraiment besoin de faire afin d’avoir ce que vous désirez.

_ Margaret Young

 

Être authentique est un choix. Ce n’est pas quelque chose que nous avons ou que nous n’avons pas. C’est une pratique : le choix conscient de la façon dont nous voulons vivre. L’authenticité c’est une succession de choix que nous devons faire chaque jour. Le choix d’être qui nous sommes, d’être honnêtes.

Il y a des gens qui s’exercent consciemment à être authentique, ceux qui ne le font pas, et puis le reste d’entre nous, qui l’est certains jours et l’est moins d’autres jours. La plupart du temps, l’idée de pouvoir choisir l’authenticité nous donne l’espoir en même temps qu’elle nous épuise. Nous sommes pleins d’espoir parce qu’être soi-même est attirant. Nous sommes attirés par les gens honnêtes, chaleureux et qui ont les pieds sur terre, et aspirons à être ainsi dans nos propres vies. Mais l’idée d’être authentique nous épuise également, parce que, d’instinct, nous avons le sentiment que choisir l’authenticité dans une culture qui nous dicte tout, depuis le poids de notre corps jusqu’à l’apparence de nos maisons, est une immense entreprise.

 

Mais être authentique, c’est quoi exactement?

L’authenticité, c’est la pratique quotidienne qui consiste à lâcher prise sur ce que nous croyons devoir être et embrasser qui nous sommes.

Choisir l’authenticité signifie :

  • Cultiver le courage d’être imparfait, d’établir ses frontières, de se permettre d’être vulnérable;
  • Pratiquer la compassion qui vient avec la conscience que nous sommes tous faits de forces et de faiblesses;
  • Nourrir la connexion et le sentiment d’appartenance qui ne peuvent exister que lorsque nous croyons que nous sommes à la hauteur.

 

Ce n’est pas tant l’acte d’authenticité que l’audace de l’authenticité qu’il faut souligner. Car dire ce que l’on pense est un piège à honte majeur, avec des tiraillements tels que :

  • Ne mets pas les gens mal à l’aise mais sois honnête
  • Ne vexe pas ou ne blesse personne mais dis ce que tu as sur le cœur
  • Comporte-toi de manière éduquée et informée mais sans être prétentieux
  • Ne dis rien qui soit impopulaire ou controversé, mais aies le courage d’être en désaccord avec la masse.

 

Dictas homme versus femme

En poussant plus loin, hommes et femmes luttent autant lorsque leurs opinions, leurs sentiments et leurs croyances entrent en conflit avec les attentes de notre culture envers leur sexe respectif. Par exemple, des recherches sur les attributs qu’on associe au fait d’être féminine nous annoncent que quelques-unes des plus importantes qualités pour les femmes sont la minceur, la gentillesse et la modestie. Ce qui veut dire que pour ne courir aucun risque, les femmes doivent être prêtes à rester aussi petites, silencieuses et attirantes que possible.

Si on jette un coup d’œil sur les attributs associés à la masculinité, les chercheurs ont cerné ceux-ci : le contrôle émotionnel, la priorité au travail, le contrôle sur les femmes et la poursuite d’un statut social. Ce qui veut dire que, pour ne courir aucun risque, les hommes doivent cesser de ressentir, faire monter leur salaire et renoncer à une connexion sérieuse.

 

Le problème…

Le hic, c’est que… l’authenticité n’est pas toujours sans risque. Parfois, choisir d’être soi-même plutôt que de plaire est du pur funambulisme. L’authenticité nous fait quitter notre zone de confort. Lorsqu’on essaie d’être authentique et brave, il est important de se rappeler que la cruauté blesse toujours, même si les critiques sont fausses. Le problème est que lorsque l’on se fiche totalement de ce que les gens pensent, et que l’on est immunisé contre les blessures, on est aussi inaptes à créer du lien avec les autres. Le courage consiste ici à raconter son histoire, et non à devenir immunisé contre la critique. Demeurer vulnérable est un risque nécessaire à la connexion.

 

Mise en garde

Le choix de pratiquer l’authenticité peut sembler intimidant, car exposer au monde son vrai moi n’est pas sans risque. Mais je crois qu’il y a un plus grand risque encore à dissimuler notre personne et nos talents au monde. Car les idées, les opinions et les désirs que nous n’exprimons pas ne disparaissent pas comme par magie; ils vont plutôt suppurer et gruger notre dignité. Je pense qu’il faudrait naître avec une étiquette d’avertissement pareille à celle qu’on trouve sur les paquets de cigarettes:

Avertissement. Si vous sacrifiez votre moi authentique à la zone de confort, vous pourriez ressentir les effets indésirables suivants : angoisse, dépression, troubles alimentaires, dépendance, rage, blâme, ressentiment et chagrin inexplicable.
Sacrifier ce que nous sommes au profit de ce que les autres pensent ne vaut pas le coup. Oui, devenir authentique peut être douloureux pour les gens autour de nous, mais au bout du compte, être soi-même est le plus inestimable cadeau que nous puissions offrir aux gens que nous aimons. Quand j’ai arrêté d’essayer d’être ce que les autres attendaient de moi, je me suis vue donner beaucoup plus de temps, d’attention, et de soutien aux gens qui comptent dans ma vie.

 

 

Source:
La grâce de l’imperfection, Brené Brown

 

 

 

Envie de t'exprimer?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s