Wu Wei et quarantaine

Laisser les choses se faire naturellement, ne pas chercher à les forcer, tel est le conseil de la journaliste Irene Ras. Et vous pourriez bien être surpris : tout se déroule souvent bien mieux si on n’y réfléchit pas trop. C’est le concept taoïste du Wu Wei.

Au retour de mon séjour en France, il était convenu que je devrai passer quatorze jours en confinement, chez moi et seule dû à la pandémie de Covid actuelle. C’était le deal. Se faire livrer ses courses (et ruser pour trouver une épicerie à l’autre bout de Montréal quand celle qui est juste à 100 mètres de chez moi me proposait uniquement de venir « ramasser » ma commande), rester isolée, ne voir absolument personne.

Long vous dites ? Rien d’impossible en soi, moi qui avait pour projet de partir faire une retraite Vipasana dans le plus grand silence durant dix jours _ l’idée de se confinement ne m’effrayait donc pas. Sauf que, lorsque c’est une obligation, lorsque cette situation de retrait n’est pas choisie, là ça se complique. Parce que votre ego… il lutte, comme un fou ! Et votre valeur prioritaire de « liberté » s’en donne à coeur joie. Alors, pas le choix, en sortant de l’aéroport, je suis rentrée chez moi.

Jour 1, point organisation, comment se faire livrer des courses.

Jour 2, mince, j’ai oublié le PQ…

Jour 3, tel un lion en cage, ça ne va plus. J’hésite entre chanter sur mon balcon « Libérée, délivrée… » avec mon ukulele ou telle Raiponce, faire monter mon amoureux avec mes cheveux. Flûte, mes cheveux ne sont pas assez longs… Re-flûte, où est mon amoureux ?!

Puis, il faut se rendre à l’évidence, ça risque d’être TREEES pénible si je ne mets pas du mien et que je ne change pas d’état d’esprit !

Suivons notre libre arbitre

Le psychologue américain Daniel Wegner a consacré une partie de sa carrière à étudier l’effet paradoxal des efforts conscients. Il a découvert que nous avons souvent tendance à saboter nos objectifs dès lors que nous cherchons à les atteindre. Le spécialiste pensait que des efforts conscients créent exactement l’opposé de l’effet recherché. Plus on cherche activement à oublier, mieux nous nous souvenons. C’est comme se coucher tôt et essayer de s’endormir, ça ne fonctionne tout simplement pas.

Vient alors l’idée de ne pas toujours tenter de faire pour le mieux, mais de simplement faire ce que nous voulons. La théorie du wu wei est un concept important dans la philosophie taoïste. Littéralement, wu wei signifie « non-action » ou « ne pas faire ». Autrement dit, « n’essayez pas d’aller contre le courant, acceptez la situation telle qu’elle est. » Et le mot « devoir » n’est plus à l’ordre du jour. Il s’agit d’être conscient de ce que sont les choses, pas le plaisir ou la récompense qui peut en découler.

Plus nous vieillissons, plus nous connaissons les erreurs que nous sommes capables de commettre, et quelles peuvent en être les conséquences. Nous devenons trop conscients de ce qui peut mal tourner. Alors que dans le cerveau d’un enfant, la perspective de contrôler ce que l’on fait n’a pas encore mûri. Et c’est là le déclic, car on ne pourrait jamais faire quoi que ce soit ; comment faire du vélo sans craindre de tomber pour la énième fois… Le wu wei signifie suivre son propre libre arbitre, sans forcer.

Attendre, tout simplement

Les gens en état de wu wei ont l’impression d’être oisifs, alors qu’au même instant ils peuvent être en train de créer une magnifique oeuvre d’art, de gérer avec brio une situation complexe, ou encore, qui sait, de restaurer l’harmonie dans leur vie.

Pour résumer, ne pas être tout à fait conscient de ce que l’on est en train de faire est beaucoup plus efficace qu’essayer de faire de notre mieux.

Je vous écris aujourd’hui depuis mon dernier jour de confinement !

Et c’est avec une joie extrême que ce soir, je serai délivréééée, libérééée…!!!!

Mais avant, je fais le bilan. Durant ce confinement j’ai vécu une expérience que je n’oublierai jamais.

D’abord, le silence. Le silence aime beaucoup se déployer dans la solitude. J’emprunte les mots de Kankyo Tannier : « Par « solitude », on entend cette sensation d’être reliée à soi. D’avoir la latitude, l’espace, le temps pour être connecté à notre intimité la plus douce. On parlera alors de solitude consentie, d’un demi-tour confortable vers l’intérieur, capable de nous nourrir avant notre retour au monde. Une solitude volontaire, recherchée, dans laquelle l’apprentissage se fait beaucoup plus vite. »

Puis, le retour à ma créativité. J’ai rarement autant eu envie de créer, sans réfléchir, sans hésiter de ce que sera le résultat : collage, journal, video, chronique de livres, réflexions personnelles… J’ai dépassé mes limites, mes barrières que je croyais confortables et ai tout osé, portée par cette irrésistible envie de partager. Jusqu’à publier ma Nouvelle ! Fou !

Enfin, le plus important, ce que j’ai particulièrement aimé, c’est le lien fort de ceux qui m’ont accompagné durant cette expérience plus que challengeante ! Je pense à ma soeur qui m’a lancé un défi sportif et s’est assurée chaque jour que j’avais accompli mon défi, mes parents qui ont été réceptifs, et à l’écoute de mes multiples variations d’humeur, mes amies, fiou… mes amies! Sans s’être donné le mot, ils ont été de toutes mes journées, merci BB, Pat, Mélanie, Julie, Pascale, Marianne, sans oublier, ma communauté Arbonne et ses femmes incroyablement inspirantes! Merci Stéphanie.

Quatorze jours plus tard, je ne retiens qu’une chose… TOUT CELA VALAIT LA PEINE D’ETRE VECUE !

Sources:

  • Ma cure de silence, Kankyo Tannier
  • Article du Flow magazine #13

À force de me planter, je vais finir par devenir une jolie fleur…

Je suis en compost. J’aime bien cette image. Du compost renaît une terre enrichie qui permet une plus belle récolte encore.

12.12.19 // Trouve l’EXTRA-ordinaire.

  Lire la suite de « À force de me planter, je vais finir par devenir une jolie fleur… »

Rembobine

C’est une belle phase que je vis aujourd’hui. Je suis en compost. J’aime bien cette image. Du compost renaît une terre enrichie qui permet une plus belle récolte encore.

J’écris aujourd’hui sans connaître la fin de l’histoire. Alors vous parler depuis le fond de mon lit, c’est oser prendre la parole quand ça va mal, c’est me permettre d’avancer, un pas à la fois. J’ai des choses à apprendre, comprendre, transcender ; et plus encore, j’apprends à accepter le chaos, ne pas essayer de le contrôler à tout prix et être à l’écoute.

Je n’ai pas écrit depuis juin dernier, sans trop de raison, l’envie n’y était plus… C’était déjà là, je le sais aujourd’hui. Ce printemps a été plein de défis, l’été fut sans repos et l’automne m’a vue sombrer. Il en est ainsi de certaines années.

Un énième changement au travail, un nouvel espoir de maternité qui échoue. C’était l’été.

Et je me suis effondrée. Burn-out. Dépression. Psy. Anti-dépresseur. Assurance. Paperasse. Larmes. Fatigue. Déni. Acceptation. C’est mon automne.

Lire la suite de « Rembobine »

Des vies imaginaires…

Si vous aviez cinq autres vies à mener,

 que feriez-vous dans chacune d’elles ?

 

Seriez-vous cow-boy, physicien, moine, fée… Ou encore plongeur sous-marin, écrivain de livres pour enfant, jongleur, joueur de football, danseuse du ventre, peintre, professeur d’histoire, pêcheur, magicien, président, chanteur, astronaute, poète…

Lire la suite de « Des vies imaginaires… »

Il a fallu que je m’autorise à faire des choses inutiles

C’est sans doute le meilleur conseil que l’on m’ait donné. Le plus compliqué à suivre, aussi. Parce que la créativité ne peut s’exprimer sans plaisir, sans imagination, avec cette question en ritournelle : pourquoi faire cela si cela ne sert à rien?

À ce compte-là, on ne fait rien. Et d’ailleurs l’Art n’existerait pas si Picasso, Mozart et Victor Hugo étaient restés prostrés face à cette interrogation.

Lire la suite de « Il a fallu que je m’autorise à faire des choses inutiles »