La beauté de l’ennui

Chaque mois a son humeur, ses émotions, une combinaison de souvenirs, de moments et de nostalgie. On le sait, on le sent, même si on n’y a jamais pensé réellement. Août, c’est le mois où nous n’avons rien d’autre à faire qu’exister, version été …

 

Se laisser glisser. N’avoir rien d’autre à faire, rien qu’à attendre que la chaleur nous absorbe tout entier. Se rendre jusqu’à la fontaine d’eau remplie de glaçons et y presser un citron. Voir comment le jus crée un nuage au milieu de l’eau, comme un brouillard qui se dissout… Et déjà, la première gorgée a un goût de clarté! Une métaphore? Peut-être, mais il fait trop chaud pour y penser.

Lire la suite de « La beauté de l’ennui »

Le Petit Prince

La lecture du Petit Prince de Saint-Exupéry offre de nombreuses métaphores à ceux qui aiment lire entres les lignes… Deux d’entre elles ont particulièrement retenue mon attention. Morceaux choisis…

Lire la suite de « Le Petit Prince »

Les cicatrices sont des titres de gloire

 

« Tu fais quoi dans la vie?

Je poursuis des émotions, je trébuche dans des regards, je collectionne les cicatrices »

 

 

La marque sur son bras qu’elle s’est faite en s’étalent sur un Rubik’s cube quand elle faisait le poirier sur le canapé. La ligne sur son bidon, souvenir de l’opération qu’il a dû subir pour enlever son appendicite. La petite scarification sur son front, façon Harry Potter : pour un enfant, il n’y a pas de honte à avoir des cicatrices. Les cicatrices signifient que quelque chose s’est passé – et ils veulent en parler.

Lire la suite de « Les cicatrices sont des titres de gloire »

Le pouvoir d’un nom

Connaissez-vous Jim Farley? C’était l’agent électorale de Franklin D. Roosevelt. Il avait la réputation de connaitre le prénom de plus cinquante mille personnes. Cette méthode prodigieuse contribua fortement à installer Franklin D. Roosevelt dans le fauteuil présidentiel.

Une méthode simple.

Chaque fois qu’il rencontrait une nouvelle personne, il recherchait ses noms et prénom, avec leur orthographe exacte ; il se renseignait sur sa famille, sa profession. Il gravait soigneusement tous ces détails dans son esprit, et, quand il revoyait la personne _ même une année plus tard _ il était capable de la saluer et de lui demander des nouvelles de sa famille! Pas étonnant qu’il est été si populaire.

Jim Farley savait que chacun préfère son nom à tous les autres noms de la terre. Souvenez-vous de ce nom, prononcez-le correctement, et vous faites à son propriétaire un compliment subtil et apprécié. Mais si vous l’oubliez, si vous l’orthographiez mal, vous indisposez votre interlocuteur ou votre destinataire.

Lire la suite de « Le pouvoir d’un nom »

Homéostasie mon amie!

La seule façon de gérer le changement consiste à bien savoir gérer l’imprévu. Pour prospérer dans ce milieu en constante évolution, chacun est amené à maitriser l’art de la souplesse et savoir réagir aux défis inattendus avec aisance, agilité et rapidité.

 

Selon Albert Einstein : « Les problèmes considérables auxquels nous faisons face ne peuvent être résolus au même niveau de pensée auquel nous nous trouvions lorsque nous les avons créés. »

Il nous faut apprendre à bien tolérer l’ambiguïté et l’incertitude.

Lire la suite de « Homéostasie mon amie! »