Mettre la MAGIE dans son quotidien

 

Certaines personnes, les artistes, les enfants, les rêveurs – ont un don extraordinaire : celui de voir des merveilles dans les choses les plus banales ; elles peuvent percevoir un diamant étincelant dans un flocon de neige, un château de conte de fées au milieu d’un nuage, un dragon écumant dans une vague déferlante… De la plage, elles vous rapportent un crocodile, là où vous ne voyez qu’un vulgaire bout de bois flotté un peu sale ; en ville, une lézarde sur un mur dessine pour elles les méandres d’un fleuve fabuleux.

« Voir le monde comme je suis, et non comme il est », déclarait le poète Paul Eluard. Projeter sa propre poésie, son imagination sur les choses les plus simples pour les embellir.

Lire la suite de « Mettre la MAGIE dans son quotidien »

Mon mantra & moi

 

La vie serait facile si on arrivait à appliquer les petits mantras qui nous trottent dans la tête. D’après le proverbe tibétain, si le problème a une solution, rien ne sert de s’inquiéter. Mais s’il n’en a pas, alors s’inquiéter ne change rien. À dire, à lire, à méditer… c’est simplissime et vrai.

 

Face à ma montagne…

Pourtant, face au petit souci ou à la grosse cata, on ne se souvient plus de ce bon sens-là et on s’inquiète, et le problème persiste. À croire même qu’il grossit, à moins que ce ne soit nous qui rapetissons devant la montagne que l’on érige. Si répéter à tue-tête nos petites phrases de sagesse ne suffit pas toujours, on continue, car on est persuadé qu’il en restera toujours quelque chose, à un moment donné, un jour, peut-être, in fine. Comme ces exercices que l’équilibriste répète à l’infini jusqu’à ce que le corps les exécute sans faute et sans même y penser. Le mystère de la mémoire du corps… les ressources insoupçonnées de notre mental et les petites phrases qui nous reviennent à l’esprit à l’improviste.

montagne1

Lire la suite de « Mon mantra & moi »

Quand il est temps de sortir de notre zone

Faire les choses différemment nécessite un brin de courage. La clé, apprendre à ne faire qu’un avec l’incertitude, et oser viser le meilleur.

 

D’abord, comprendre ce qui nous effraie…

Notre peur du changement évolue. Tout ce qui est différent de ce que nous avons déjà fait ou appris jusqu’à maintenant représente un risque tant que nous ne l’avons pas encore appréhendé.

Lire la suite de « Quand il est temps de sortir de notre zone »

Be YOU! Soyez VOUS

Ce n’est pas toujours confortable, au début, mais c’est toujours gagnant à la fin.

Marilyn Monroe disait:

« L’imperfection est beauté, la folie est génie et il vaut mieux être totalement ridicule que totalement ennuyeux. »

 

Appréciez vos tics, et vos habitudes, et vos passions, ainsi que vos peurs et vos folies. Votre relation avec vous-même est la plus importante des relations de votre vie.

Installez-vous dans votre réalité, votre bizarrerie, votre authenticité n’est pas chose facile, mais c’est la façon la plus satisfaisante d’être totalement heureux.

Le sens de votre moi profond qui s.est formé au cours des longues journées d’été de votre enfance, des conversations autour du feu au camping, lors de vos premiers jobs… pourraient ne plus jamais exister si vous les ignorez. Vous risquez d’oublier qui vous êtes vraiment, au plus profond de vous-même.

Comme le dit Gandhi, « Le bonheur c’est lorsque ce que vous pensez, ce que vous dites et ce vous faites sont en harmonie. » Lorsque tout est aligné.

Mais comment retrouver votre moi perdu ?

Lire la suite de « Be YOU! Soyez VOUS »

L’équation qui tue!

Quand les gens parlent de leur salaire, ils énoncent ce qu’il gagne sur une année. Ce qui sert alors d’élément de comparaison. Neil Pasricha nous propose une nouvelle lecture de ces chiffres, véritable curseur social.

D’abord il prend l’exemple de quelqu’un tout droit sorti de la prestigieuse université Harvard. Soit :

 

Équation

 

Mais une erreur s’est glissée dans cette équation. Personne ne travaille toutes les heures comprises dans une année. Pour être tout à fait juste, il convient de soustraire les vacances, week-end, nuits…

Pour évaluer votre salaire, il faut le ramener au taux horaire _ c’est bien ainsi que notre paye nous est distribué à la fin du mois. Tous les jobs paient à l’heure. Que vous travaillez 40h/semaine, 80h/semaine ou plus de 100h par semaine. Peu importe ce que vous gagnerez à la fin, le numérateur est votre salaire, et le dénominateur le temps que vous travaillez.

Lire la suite de « L’équation qui tue! »