Qui je suis fait toute la différence

« Je ne passerai ici qu’une seule fois. Tout le bien que je puis faire, toute l’aide que je puis apporter à qui que ce soit, c’est maintenant, sans attendre ni négligence, car je ne repasserai pas ici. »

 

Nous connaissons tous nos besoins dit primaires : manger, boire, dormir, se sentir en sécurité… et savons aussi comment les satisfaire de manière assez autonome. Mais il y a un besoin que l’on oublie souvent, que l’on néglige d’apporter aux autres et qui pourtant est aussi important que les premiers… C’est ce que Freud appelle « le désir d’être reconnu ». Le principe le plus profond de la nature humaine, c’est la soif d’être apprécié.

Ce désir d’être important n’existe pas chez les animaux.

C’est ce besoin d’importance qui conduisit un pauvre petit commis sans instruction à étudier des livres de droit qu’il avait découvert au fond d’une caisse achetée dans une brocante pour cinquante cents. Ce petit commis s’appelait Lincoln. C’est le désir d’être grand qui inspira à Dickens l’idée d’écrire des livres immortels… qui poussa Rockfeller à amasser des millions…

Dites-moi comment vous comblez votre besoin d’importance, je vous dirai qui vous êtes ! Cela détermine votre personnalité. C’est ce qui vous caractérise le mieux.

Maintenant, songez aux effets fabuleux que nous pouvons procurer en reconnaissant à notre niveau, ceux qui nous entoure…

Lire la suite de « Qui je suis fait toute la différence »

Rien ne se perd…

 

Tout se mange! La preuve par 4:

 

Chic frigo sans fric

Florence-Léa Siry est devenue une pro du zéro déchet sans chercher à le devenir. Cette vocation s’est imposée à elle, sans crier gare et c’est aujourd’hui, son métier, sa passion. Créative, dynamique, pétillante, j’ai eu la chance d’assister à l’une de ses conférences où j’y ai trouvé pleins de trucs et astuces plus délirants les uns que les autres! Chic

Petit medley d’idées ingénues retenues :

  • Les TOUSKI: abréviation de l’expression populaire Tout ce qui reste. C’est également une philosophie culinaire à adopter pour stimuler sa créativité devant les fourneaux et éviter le gaspillage alimentaire. Les légumes moches sont excellents à cuisiner en grande quantité pour prévoir du TOUSKI, une solution créative et économique.
  • Sirop en folie: prenez un ou des aliments qui vous semblaient destinés aux ordures ou au compost : fruits ou légumes abîmés, épluchures, cœurs et noyaux comestibles, fines herbes, épices. Coupez les épluchures et rebuts alimentaires et déposez-les dans une casserole de taille moyenne. Ils vous serviront de SAVEUR DE BASE. Ajoutez une quantité suffisante de sucre et d’eau (en parts égales) pour recouvrir (ex. : 1 tasse d’eau pour 1 tasse de sucre). Mélangez à l’aide d’une cuillère afin de dissoudre tout le sucre. Portez à ébullition 30 min. Tadaaam ! À faire et à refaire avec… à peu près tout !

Lire la suite de « Rien ne se perd… »

La règle de 5

    « Si vous vous rendez tous les jours auprès d’un très grand arbre et que vous lui donniez cinq coups de hache bien affûtée, tôt ou tard, peu importe la taille de l’arbre, vous finirez par l’abattre »,

Ron Scolastico

 

Cette citation a inspiré la règle de « cinq » _ autrement dit, pour atteindre votre objectif, posez tous les jours,  cinq gestes concrets qui vous rapprochent de votre résultat.

L’auteur Jack Canfield raconte comment il a suivi ce principe deux ans avec son partenaire  pour amener sa série de livres Bouillon de poulet pour l’âme au sommet de la liste des succès du New York Times. La règle des cinq signifiait pour eux, selon les jours, d’accorder cinq entrevues à la radio, ou de faire parvenir cinq exemplaires à autant d’éditeurs ou d’entrer en contact avec cinq entreprises de marketing de réseau pour leur proposer le livre comme outils de motivation, ou de vendre le livre à au moins cinq participants à la fin de chacun des séminaires.

Lire la suite de « La règle de 5 »

L’équation qui tue!

Quand les gens parlent de leur salaire, ils énoncent ce qu’il gagne sur une année. Ce qui sert alors d’élément de comparaison. Neil Pasricha nous propose une nouvelle lecture de ces chiffres, véritable curseur social.

D’abord il prend l’exemple de quelqu’un tout droit sorti de la prestigieuse université Harvard. Soit :

 

Équation

 

Mais une erreur s’est glissée dans cette équation. Personne ne travaille toutes les heures comprises dans une année. Pour être tout à fait juste, il convient de soustraire les vacances, week-end, nuits…

Pour évaluer votre salaire, il faut le ramener au taux horaire _ c’est bien ainsi que notre paye nous est distribué à la fin du mois. Tous les jobs paient à l’heure. Que vous travaillez 40h/semaine, 80h/semaine ou plus de 100h par semaine. Peu importe ce que vous gagnerez à la fin, le numérateur est votre salaire, et le dénominateur le temps que vous travaillez.

Lire la suite de « L’équation qui tue! »

Ce à quoi tu résistes, persiste!

Rien n’est plus frustrant que ces moments où vos amis, votre famille, vos collègues, vous poussent dans le dos et tentent de vous persuader d’agir. Leur exposition des faits, en terme de « devrais », renforce les pensées injurieuses qui se répercutent déjà votre esprit.

Pourquoi leur approche insistante est-elle vouée à l’échec ?

Une loi élémentaire de physique nous enseigne que chaque action entraine une réaction. Chaque fois que vous vous sentez brusqué, par la main ou la volonté de quelqu’un, vous allez naturellement vous tendre et résister pour maintenir votre équilibre. Vous allez essayer de vos contrôler et de préserver votre dignité en refusant de faire ce qu’on vous dit. Le paradoxe, c’est que vous en arrivez souvent à vous faire du tort.

Lire la suite de « Ce à quoi tu résistes, persiste! »