Rien ne se perd…

 

Tout se mange! La preuve par 4:

 

Chic frigo sans fric

Florence-Léa Siry est devenue une pro du zéro déchet sans chercher à le devenir. Cette vocation s’est imposée à elle, sans crier gare et c’est aujourd’hui, son métier, sa passion. Créative, dynamique, pétillante, j’ai eu la chance d’assister à l’une de ses conférences où j’y ai trouvé pleins de trucs et astuces plus délirants les uns que les autres! Chic

Petit medley d’idées ingénues retenues :

  • Les TOUSKI: abréviation de l’expression populaire Tout ce qui reste. C’est également une philosophie culinaire à adopter pour stimuler sa créativité devant les fourneaux et éviter le gaspillage alimentaire. Les légumes moches sont excellents à cuisiner en grande quantité pour prévoir du TOUSKI, une solution créative et économique.
  • Sirop en folie: prenez un ou des aliments qui vous semblaient destinés aux ordures ou au compost : fruits ou légumes abîmés, épluchures, cœurs et noyaux comestibles, fines herbes, épices. Coupez les épluchures et rebuts alimentaires et déposez-les dans une casserole de taille moyenne. Ils vous serviront de SAVEUR DE BASE. Ajoutez une quantité suffisante de sucre et d’eau (en parts égales) pour recouvrir (ex. : 1 tasse d’eau pour 1 tasse de sucre). Mélangez à l’aide d’une cuillère afin de dissoudre tout le sucre. Portez à ébullition 30 min. Tadaaam ! À faire et à refaire avec… à peu près tout !

Lire la suite de « Rien ne se perd… »

Zéro Déchet // conférence de Béa Johnson

Béa Johnson vous connaissez ? Mais si, cette femme d’une trentaine d’année qui a réussi l’exploit de ne produire qu’un bocal de déchet par an, pour elle et sa famille de deux adolescents. Vous avez bien compris : un-bo-cal-par-an-née-de-dé-chet.

bocal de dechet

 

Quand j’ai entendu parlé de cet exploit, ça m’a intrigué, et quand je suis intriguée, je creuse. Alors j’ai lu le livre de Béa Johnson, Zéro Déchet en décembre l’année dernière, et j’ai été convaincu ! En partie. Parce que oui je suis sensible à la planète et à tout ce qui touche au développement durable mais je suis aussi fan de jolies choses, de déco et de papeterie. Et renier totalement mes soins de beauté favoris, mon abonnement au magazine Flow et ma collection de carnets et crayons en tout genre – il y a encore du chemin à faire je l’avoue.

Après la lecture de son livre, les bonnes résolutions aidant, je me suis donnée pour objectif de supprimer cinq choses de notre appartement : papier aluminium, papier sulfurisé, papier étirable en plastique, essuie-tout et mouchoir en papier.

Lire la suite de « Zéro Déchet // conférence de Béa Johnson »

Équinoxe et histoire d’huiles

Joyeux équinoxe à tous!

J’ad-ore ce mot: é-qui-noxe. J’aime plus encore tout ce qu’il m’évoque… saison des couleurs, retour des goûter au chocolat chaud, odeur de pommes et de cannelle, imprimé écossais, lainage moutarde et mocassin prune, citrouilles et lumière dorée. Aaaah j’aime l’automne.

 

 

Qui dit équinoxe dit changement de saison, nouvelles envies et petite routine beauté, santé à revisiter. Ma nouvelle passion : les huiles essentielles. Vaste domaine dont la réputation n’est plus à faire et qui un jour, pique votre attention.

C’est ainsi qu’au hasard d’une lecture, je me suis lancée à mon tour. Parce que tout existe déjà sur le sujet, rien de nouveau sous le soleil. Il se trouve malgré tout que nous les filles, on aime bien se faire conseiller par cette collègue qui ; au hasard d’une discussion, nous divulgue ses secrets. Et quand le résultat nous plait, nous aussi on s’y met.

Et ça commence souvent comme ça:

_ « Les huiles essentielles, ça fait TOUT! Santé, beauté, bien-être, pour parfumer sa maison et même cuisiner ! « 

Lire la suite de « Équinoxe et histoire d’huiles »

Au rythme des saisons, l’année commence MAINTENANT!

Les études le prouvent, pour avancer dans la bonne direction de manière équilibré, il faut respecter son rythme naturel. L’être humain, comme la nature, suit un cycle, en perpétuel changement. Rien d’étonnant à ce que vous ayez envie de moments calmes au coin du feu pendant que la neige tombe alentours, et que vous ayez bizarrement moins besoin de dormir les soirs de juillet … Les saisons ont un impact sur nous, nos besoins, nos envies, nos humeurs tout comme sur la nature, les plantes, les animaux. Sauf que nous, on l’a oublié. Prenons le temps pour un petit rappel des cycles de la nature et de leurs impacts sur notre moral:

 

PRINTEMPS

14udf3wuwwgmaa

C’est la saison idéale pour lancer les projets et créer quelque chose de nouveau! Projets fous, envies d’ailleurs; c’est à cette période que l’on décide généralement de nos vacances de l’été prochain. Frénésie et excitation sont dans l’air – whoup whoup!!!

Lire la suite de « Au rythme des saisons, l’année commence MAINTENANT! »

Le bonheur ce n’est pas de posséder une ravissante ferme mais les choses que l’on pourrait y faire.

Chaque nouveau numéro du magazine Flow apporte avec lui de beaux articles qui nous font revisiter certains sujets que l’on connait déjà – mais que l’on oublie, encore! Le dernier qui m’a marqué porte sur le vrai bonheur, celui qui réside dans l’extrême normalité du quotidien.

Une fois encore, j’ai l’envie de vous le partager. Plongez-y sans résister…

Une pensée erronée :

Nous pensons que seul le contraire de ce qui nous rend malheureux peut nous rendre heureux. Nous faisons alors des allers-retours entre les extrêmes parce que chaque idéal a ses inconvénients. Une autre erreur est de surestimer l’impact émotionnel d’un événement futur. Nous pensons que nous allons être submergé de joie une fois que nous aurons rénové cette petite ferme en campagne bretonne, ou que nous connaitrons l’extase permanente quand nous aurons enfin trouvé le véritable amour. Mais la réalité est plus morne. Et avant d’avoir le temps de dire ouf, vous pourriez bien succomber de nouveau à l’erreur numéro un _ la pensée dichotomique _ et dès lors envisager un nouveau changement, radical.

À la recherche de l’idéal…

Poursuivre un idéal peut se révéler très frustrant, il se trouve tellement loin de nous que l’on finit par ne rien faire pour l’atteindre. On reste là où l’on est, rêvant à combien les choses pourraient être meilleures. On appelle cela, stratégie d’évitement. C’est une façon de ne pas avoir à penser à ce que nous allons faire autrement demain. On peut ainsi sans risque remettre perpétuellement un rêve au lendemain, pas besoin de changer quoi que ce soit aujourd’hui.

Lire la suite de « Le bonheur ce n’est pas de posséder une ravissante ferme mais les choses que l’on pourrait y faire. »