Be YOU! Soyez VOUS

Ce n’est pas toujours confortable, au début, mais c’est toujours gagnant à la fin.

Marilyn Monroe disait:

« L’imperfection est beauté, la folie est génie et il vaut mieux être totalement ridicule que totalement ennuyeux. »

 

Appréciez vos tics, et vos habitudes, et vos passions, ainsi que vos peurs et vos folies. Votre relation avec vous-même est la plus importante des relations de votre vie.

Installez-vous dans votre réalité, votre bizarrerie, votre authenticité n’est pas chose facile, mais c’est la façon la plus satisfaisante d’être totalement heureux.

Le sens de votre moi profond qui s.est formé au cours des longues journées d’été de votre enfance, des conversations autour du feu au camping, lors de vos premiers jobs… pourraient ne plus jamais exister si vous les ignorez. Vous risquez d’oublier qui vous êtes vraiment, au plus profond de vous-même.

Comme le dit Gandhi, « Le bonheur c’est lorsque ce que vous pensez, ce que vous dites et ce vous faites sont en harmonie. » Lorsque tout est aligné.

Mais comment retrouver votre moi perdu ?

Lire la suite de « Be YOU! Soyez VOUS »

L’équation qui tue!

Quand les gens parlent de leur salaire, ils énoncent ce qu’il gagne sur une année. Ce qui sert alors d’élément de comparaison. Neil Pasricha nous propose une nouvelle lecture de ces chiffres, véritable curseur social.

D’abord il prend l’exemple de quelqu’un tout droit sorti de la prestigieuse université Harvard. Soit :

 

Équation

 

Mais une erreur s’est glissée dans cette équation. Personne ne travaille toutes les heures comprises dans une année. Pour être tout à fait juste, il convient de soustraire les vacances, week-end, nuits…

Pour évaluer votre salaire, il faut le ramener au taux horaire _ c’est bien ainsi que notre paye nous est distribué à la fin du mois. Tous les jobs paient à l’heure. Que vous travaillez 40h/semaine, 80h/semaine ou plus de 100h par semaine. Peu importe ce que vous gagnerez à la fin, le numérateur est votre salaire, et le dénominateur le temps que vous travaillez.

Lire la suite de « L’équation qui tue! »

L’équation du bonheur

 

Six mots peuvent changer votre regard sur le bonheur… où plutôt, l’ordre de ces six mots peuvent avoir une influence énorme sur la qualité de votre vie!

 

Le modèle du bonheur que nous apprenons enfant, est aujourd’hui obsolète. Nous pensons que travailler fort, pour atteindre le succès nous permettra de faire de nous un homme heureux, épanouie et accompli.

Le scénario se résume donc ainsi :

 

equation1

Lire la suite de « L’équation du bonheur »

Se plaindre c’est savoir que quelque chose de meilleure existe

Se plaindre c’est savoir que quelque chose de meilleure existe. C’est avoir un modèle idéal, un repère auquel on se réfère et auquel on compare notre situation actuelle. C’est savoir que cela pourrait être mieux, définitivement mieux MAIS nous refusons d’admettre qu’il nous revient de faire en sorte que cela arrive. Qu’il s’agisse de nos relations avec les autres, notre situation économique, ou encore notre vie en général ; on a tous un modèle en tête que l’on aimerait copier.

Si nous n’étions pas persuadé que quelque chose de meilleur existe – davantage d’argent, une maison plus spacieuse, un emploi plus gratifiant – nous ne nous plaindrions pas. Nous avons en tête l’image d’une situation idéale que nous préférons à notre réalité présente, mais nous ne voulons pas prendre les risques qu’il faut pour nous y rendre.

Remarquerez comme nos plaintes concernent uniquement ce sur quoi nous pensons avoir du pouvoir. Personne ne se plait jamais de la gravité terrestre par exemple! Parce que personne ne peut y faire grand-chose bien qu’elle soit la cause de nos chutes. Comme nous n’y pouvons rien, nous l’acceptons.

Lire la suite de « Se plaindre c’est savoir que quelque chose de meilleure existe »

L’avis des autres, en as-tu vraiment besoin?!

Dans la vie, les vraies décisions demandent de l’audace. Si vous voulez vivre de façon sincère, vous devez être prêt à prendre des risques au moment clé de l’existence. Ce qui s’accompagne toujours d’un sentiment de crainte, une sorte de peur existentielle puisque vous pénétrez dans un territoire inconnu, sans connaitre à l’avance les conséquences de vos choix. Mais vous avez conscience qu’il y en aura puisque si vous choisissez une autre direction, vous deviendrez alors quelqu’un d’autre.

Les autres, ceux qui encouragent nos actions, les critiquent, les jugent. Nous sommes tous l’autre de quelqu’un. Le plus difficile demeure de le comprendre, cet « autre ». Quelle est sa motivation derrière son commentaire, son aide ou ses conseils? Il veut parfois notre bien, mais il cherche souvent à se conforter dans ses choix, dans ses possibilités et dans sa façon de voir le monde.

Lire la suite de « L’avis des autres, en as-tu vraiment besoin?! »